Rechercher
 
Service Logement CCT Cléfs des champs CCT Eau et Biodiversité Service Logement CCT

Communes membres

Larressingle


Population :
170 habitants

Maire :
Xavier FERNANDEZ

Secrétaire :
PAULIGNIER Claudette

Tél :    05 62 28 26 25
Fax :    05 62 68 24 07
email : mairie.larressingle@wanadoo.fr

Mairie ouverte le mercredi et samedi de 8h à 12h

Description :

Le village de Larressingle (classé « Plus Beaux Villages de France ») est situé à l'ouest de Condom.

D'après la légende, ce village fortifié du XIIIe siècle tirerait son nom de l'époque gallo-romaine.

Une légion romaine trouvant résistance face à la population locale aurait eu pour ordre de leur lieutenant «RETRO SINGULI» en arrière un par un.

Une autre étymologie puiserait ses racines du latin « Cingulum », enceinte de donjon féodal et de la syllabe « re », réfection, reconstruction pour devenir aujourd'hui Larressingle.

Larressingle entre dans l'Histoire au début du XIe siècle.

L'abbé Hugues, fondateur de l'abbaye de Condom, est héritier des Ducs de Gascogne. Devenu évêque d'Agen et de Bazas, il laisse sa charge abbatiale de Condom et fait don à son successeur de ses terres de Larressingle.

C'est ainsi que les abbés puis les évêques de Condom sont devenus les Seigneurs des lieux. Au XIIe siècle, on remplace l'église primitive par une église à l'ouvrage défensif. Au XIIIe siècle, la couronne de France et d'Angleterre se disputent l'Aquitaine.

On voit alors dans notre région, les bourgs se fortifier (Sauvetés, Bastides). Ce sont les abbés de Condom qui font réaliser cette forteresse. Le village ne sera jamais attaqué jusqu'en 1589 où les huguenots dirigés par Montespan s'en emparent pour l'utiliser comme base afin de réaliser leurs razzias et méfaits et ce, jusqu'en 1596.

Dès le XVIIe siècle, le chàteau est délaissé par les évêques au profit de celui de Cassaigne plus moderne. Et c'est à la fin du XVIIIe siècle que Mgr d'Anterroches, dernier évêque de Condom, fait démonter la toiture et transporter les bois de charpente à Cassaigne. Vendu comme bien national, il est dépecé et vidé.

C'est alors que le village lui-même tombe dans l'oubli. Petit et peu commode, on habite plus facilement à l'extérieur. Au début du XXe siècle, la forteresse est vouée à disparaître.

Seules 3 maisons sont habitées, les autres transformées en grange ou abandonnées, perdent toitures et pierres. Le village doit sa restauration à l'initiative du duc de Trévise qui fonde un comité de sauvegarde auprès de financeurs de Boston qui alimenteront les caisses jusqu'en 1938.

Retourner à la carte des communes membres

Les autres communes :